conférence Congo

Ne me tue pas à cause de mes minerais.

Conférence international des acteurs sociaux sur l’avenir du Congo RDC

Thème : le changement sans arme au Congo est possible

CONGO_FIGHTING_1276491f

La république Démocratique du Congo est depuis 1996 le théâtre d’une guerre la plus sanglante. Tous les auteurs de cette guerre qui se sont succédé depuis 1996 jusqu’à ces jours ne cessent de crier haut et fort, à qui veut les entendre, qu’ils veulent instaurer le changement et la démocratie au Congo.Les élections de décembre 2011 que l’on espérait doter le pays des nouveaux animateurs capables d’apporter un leadership n’ont pas donné de résultat escompté. Cela en raison des irrégularités et de fraudes massive. Cette situation a mis à nouveau le pays dans une incertitude d’avenir.Les hommes, les femmes, les enfants et les bébés sont impitoyablement massacré et selon les rapport de nations unies et des observateurs sur terrain on enregistre déjà plus de 6 millions de morts. De centaines de milliers de femmes sont violé tandis que de dizaines de milliers d’enfants ont été de force enrôlés dans l’armée, on dénombre encore de millions de déplacés de guerres.

Pendant ce temps plusieurs entreprises multinationales profitent de cette situation chaotique pour piller les ressources minières de la R.D.C.  et les usines d’armement profitent aussi de la conjoncture pour écouler leur stock d’armes.

Dans les territoires non conflictuel et sous contrôle du gouvernement on assiste aux violation massives de droits humains par la police, les militaires, les services de renseignements et d’autres instances du pouvoir en place : des assassinats, des arrestations arbitraires des opposants, de leaders d’opinions et des activistes de droit de l’homme sont monnaie courantes dans les villes comme Kinshasa, Lubumbashi, Mbuji-Mayi et autres provinces du pays.

Cette culture de la violence met l’ensemble de la population dans l’insécurité provoquant la détresse, la peur et la désolation et crée une atmosphère qui ne peut pas contribuer au développement et la cohésion nationale.

Cette pratique d’arme sous prétexte d’instaurer la démocratie et l’Etat de droit en République Démocratique du Congo a prouvé ces limites et n’est plus acceptable.

Pour mettre fin à cette culture de violence et des armes qui tue, viole, crée la désolation et entraîne le déplacement massif de la population, nous pensons qu’  « Un changement sans armes est possible au Congo ». Mais ce changement ne peut se réaliser que par la conscientisation et la prise de conscience individuelle et collective de la population.

Mais notre constat est que dans la situation du Congo les acteurs sociaux s’impliquent très peu et ils sont souvent marginalisés ou politisé par le politique. Pourtant l’expérience lointaine dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du sud avec le soutien international des acteurs sociaux et de récent printemps arabe a démontré que la prise de conscience des acteurs sociaux peut apporter de changement inattendu

Ainsi donc, pour ne pas répondre au procès de non assistance de personne en danger devant l’histoire, nous avons jugé bon d’organiser une conférence internationale des acteurs sociaux sur la RDC.

La conférence a pour objectifs :

  • Echanger les idées et les expériences avec les acteurs sociaux du nord et du sud et étudier les mécanismes à mettre en place pour la création et la consolidation de la paix en RDC.

  • Identifier les acteurs et les réseaux mafieux impliqués dans le conflits notamment les parties impliqués au niveau nationale, régionale et internationale ( pays, entreprises multinationale d’exploitation de minerai et de vente d’arme) enfin d’exercer des pressions sur eux .

  • Mettre en place un organe sociale permanent de suivi au niveau nationale et internationale devant prendre part efficacement et en temps réel dans toutes les discutions concernant la R.D.C et mener des actions d’éducation et de formation de masse contre les conflits armés, la mauvaise gouvernance et contre toutes formes de violence ceci par l’organisation de séminaires et des rencontre citoyennes avec la population.

  • créer un organe de lobbying nationale et internationale devant aider après la conférence à intervenir auprès des instances nationales( gouvernement, parlement, sénat..), les gouvernements et le parlements des pays étrangers, les organisations régionales et internationales en vue de solliciter leur implication et soutien dans l’exercice de pressions sur les acteurs concernés ou impliqué dans le conflits, les trafics illicites d’armes et le pillage de richesses du Congo.

Panel de discutions

1. La situation politique, économique, environnementale et sociale générale de la R.D.C.

Une analyse critique de l’état de lieu nous permettra d’avoir un regard critique non seulement de gouvernants ou de la classe politique et de soutient extérieurs mais avant tout de dégager la responsabilité individuel et collective des acteurs sociaux congolais. Ont il jouer véritablement leur rôle. Se sont il rendu compte de la situation qui prévaut au pays et quel a été leur apport jusqu’à ce jour dans cette situation. Cette analyse aidera à impliquer tous les acteurs sociaux congolais dans la recherche de perspectives d’avenir.

2. Exploitation de ressources minières comme source de conflits et de pillage de la R.D.C.

L’Exploitation de ressources minières est – il la seule cause de conflits armées ou il y a d’autres facteurs. Que faire pour que les richesses du Congo soient porteuse du bonheur et non de malheur pour la population. D’où proviennent les armes utilisées par les groupes armées en RDC ? Est il possible d’échanger les minerais contre les écoles, les hôpitaux, les infrastructures devant assurer le développement et non contre les armes qui font couler inutilement les sangs de la population ? quel est l’état de lieu de l’exploitation minière dans les territoires sous contrôle du gouvernement ?

3. l’engagement des acteurs sociaux dans la vie politique, économique, sociale et environnemental et la nécessité d’un lobbying social international.

Comment faire participer activement les acteurs sociaux congolais et ses partenaires sociaux internationaux dans la lutte contre les conflits armés, l’exploitation illicite de ressources minières et le trafics d’arme ? Quelles sont les stratégies et les campagnes existantes  et comment travailler en synergie avec les organisations existantes sur cette thématique ? Une étude de stratégies au niveau interne et externe sera faite et les expériences de militants de réseaux sociaux internationaux seront d’une grande importance et aidera dans la mise en place d’un organe social international devant exercé un lobbying internationale contre le trafics d’armes , l’exploitation illicite des ressources minières et contre les violations massives de droits humains en RDC.

Résultat attendu

La RDC étant un vaste pays, nous attendons de cette conférence l’instauration d’une dynamique sociale au niveau national et international en mettant de structures de base sur toute l’étendue du pays. Cette dynamique aura pour mission de:

-Mise en place d’un organe permanent de suivi et de l’application des actes de la conférence afin d’éviter que celle – ci reste lettre morte après la conférence.

- diffuser les idées sociale issues de la conférence internationale et de divulguer le message de paix à la population locale. « Le changement sans armes au Congo est possible ».

- d’étudier le problèmes sociaux au niveaux locale et canaliser les revendications sociale aux élus locaux et aider dans la recherche de solutions concrète.

- d’exercer le contrôle et les pressions sur les élus locaux et nationaux pour une gestion transparente des communautés et des ressources locales.

Durée de la conférence : 3 jours

Participants : 300 personnes dont :

  • 30 personnes venant de la RDC

  • 200 personnes – Congolais et non-Congolais – venant de différents pays européens, africains et américains.

  • 50 personnes invités des différentes organisations des acteurs sociaux africains, européens et américains.

Pays d’accueil : Pays – Bas

Contact :

Pays-Bas / Emmanuel Mbolela

Conference.congo@yahoo.com